Durant plusieurs siècles, l'Italie se positionna au sommet de la création artistique et culturelle européenne, au travers ce qui est désormais connu sous le nom générique de Renaissance, correspondant aux périodes du Trecento, Quattrocento et Cinquecento.


Les origines de la Renaissance italienne

Si la production artistique de ce que les historiens appellent Moyen-Age s'était principalement tournée vers des représentations "chrétiennes", la Renaissance voit la résurrection des thèmes humanistes et/ ou inspirés des mythologies gréco-romaines. Cette agitation philosophico-culturelle fournit aux artistes de nouveaux concepts, tels que le néoplatonisme, lequel place l'Homme au centre de l'univers. Peintres, graveurs et sculpteurs magnifient leur art en surmontant les codes informels liés à la représentation du corps humain dans sa nudité.

L'étude des textes anciens laissés par Pythagore ou Vitruve, couplée au renouveau de la philologie (cf. Lorenzo Valla) permettent aux architectes de s'affranchir progressivement du style gothique. La pensée se libère peu à peu des contraintes religieuses et se tourne vers un idéal du bonheur, de paix et de progrès.

Ecrivains comme philosophes s'intéressent désormais à la connaissance, quelque qu'elle soit, en recopiant et traduisant des manuscrits originaux provenant de l'Europe entière et même des lointaines Arabie et Asie. Ces idées se diffusent rapidement sur le vieux continent grâce au grand succès de l'invention de Gutenberg, l'imprimerie, sans oublier son corollaire, les bibliothèques (création de la Bibliothèque apostolique vaticane à la moitié du XVème siècle).

Cette redécouverte des apports antiques se poursuit suite aux succès enregistrés par les troupes ottomanes. En effet nombre d'artistes et d'érudits byzantins se réfugient en Italie, rendant de nouveau disponibles les manuscrits grecs originaux des Végèce, Pythagore, Euclide...

  • Vogue de la mythologie gréco-romaine

Les artistes de la Renaissance s'approprient les mythes païens de l'Antiquité, sources inépuisables de sujets de production. Les découvertes archéologiques (groupe du Laocoon), comme les fouilles des thermes de Caracalla par quelques-uns des membres de l'éminente famille Farnèse, inspirent sculpteurs et architectes des XVèmes et XVIèmes siècles. Ainsi, la villa de l'empereur Hadrien ou encore le Panthéon à Rome offrent des modèles de construction radicalement différents du style gothique.

Sont reprises sur les nouveaux édifices les formes décoratives de l'Antiquité qui deviennent véritablement tendance (colonnes, pilastres, frontons, coupoles, statues...). Il est néanmoins à noter que les oeuvres d'art de l'époque continuent d'illustrer, même en bien moindre quantité, les scènes les plus significatives de l'Ancien Testament et plus généralement du christianisme catholique romain

  • Un contexte favorable à la renaissance des arts

Après le déclin démographique enregistré au cours du XIVème siècle et de la première moitié du XVème siècle, la population européenne commence à retrouver son niveau antérieur. Même si des épidémies sont récurrentes en Europe jusqu'au XVIIIe siècle, le terrible fléau de la "Peste noire" s'est éloigné, les famines s'espacent, le travail se fait plus productif. Puis la guerre de Cent Ans se termine (1453) et les châteaux-forts perdent une grande part de leur utilité militaire et stratégique pour laisser cours à la création de palais d'agrément et d'apparat. Avec la découverte de l'Amérique en 1492, or, argent et pierres précieuses du Nouveau monde affluent en Europe, favorisant le développement économique.

Les mécènes permettent aux artistes d'exercer pleinement leur art : les cours princières sont les lieux privilégiés de l'épanouissement de cette nouvelle culture. Dans le domaine artistique, de nombreux mécènes, souvent d'essence aristocratique, grands banquiers/ marchands ou hommes de pouvoir spirituel (papes, cardinaux...) constituent d'impressionnantes collections d'art.

Parmi les plus célèbres de ces mécènes :
- les Medicis : Laurent le Magnifique soutient la création artistique de Verrocchio et de Botticelli.
- les commandes des Montefeltro concernaient des domaines aussi variés que la bibliophilie, les tapisseries ou les peintures.
- Ludovico Sforza (1452-1508), duc de Milan et fils de paysan (?!), fit travailler Léonard de Vinci et Bramante.
- Les papes mettent à l'oeuvre les artistes de la Renaissance dans leur capitale, Rome : Michel-Ange poursuit les travaux entrepris pour la basilique Saint-Pierre de Rome (chapelle Sixtine, entre autres) par le même Bramante, Raphaël, Le Bernin...

En France, les guerres d'Italie sont l'occasion pour les rois d'une part d'entrer en contact avec l'art de la Renaissance italienne et d'autre part de récupérer quelques-uns de ses chefs d'œuvre. François Ier invite alors nombre d'artistes italiens (Léonard de Vinci ; Benvenuto Cellini, Rosso Fiorentino, Primatice...).

  • Nouveaux moyens techniques

L'ébullition scientifique et ses avancées profite aux Arts : tout au long du XVème siècle, les peintres maîtrisent de mieux en mieux le sens de la perspective linéaire et des proportions. Au XIVème siècle , l'apparition de la peinture à l'huile donne plus de profondeur aux œuvres. A titre d'exemples, le support en bois est progressivement remplacé par la toile, les effets dits "de sfumato" permettent à Léonard de Vinci de réaliser la Joconde...

L'invention de l'imprimerie au milieu du XVème siècle et les nouvelles techniques de gravure favorisent encore davantage la reproduction et la diffusion d'œuvres sur tout le continent, tâche auparavant dévolue aux seuls moines copistes. Les estampes se multiplient dans la production littéraire, remplaçant les délicates enluminures des manuscrits médiévaux.

Les scientifiques et les médecins améliorent la connaissance de l'anatomie grâce aux dissections : le savoir est ensuite appliqué en dessin, en peinture et en sculpture, comme en témoignent le célèbre "Homme de Vitruve" de Léonard de Vinci ou les gravures de l'allemand Dürer. Il est désormais possible de définir un système de proportions idéales afin de représenter avec le plus de réalisme possible la merveilleuse mécanique du corps humain.

  • Une géographie de la Renaissance

Les historiens s'accordent à dire que la Renaissance artistique est née en Italie et s'est diffusée dans le reste du continent essentiellement au XVIème siècle. Les conditions de cette Renaissance étaient spécifiques : la péninsule était divisée en plusieurs principautés concurrentes qui voulaient chacune surpasser l'autre, ce qui encouragea l'émulation et, ipso facto, la création artistique.

Les foyers de la Renaissance artistique en Italie :
- au nord : Venise, Padoue, Ferrare, Mantoue, Milan, Parme,
- au centre : Florence, Urbino, Pérouse,
- au sud : Rome, Otrante.
Si la péninsule concentre logiquement l'essentiel du patrimoine romain antique, elle est également très urbanisée et enrichie par les flux commerciaux depuis plusieurs siècles. Elle agit donc comme un véritable aimant pour les artistes, marchands et ecclésiastiques de l'Europe entière.

La Renaissance italienne a permis non seulement à l'art "occidental" d’atteindre un niveau de perfection presque inégalable mais aussi de refléter artistiquement la mutation de l'image du monde par les sciences naturelles et les grandes découvertes, les tensions religieuses et politiques ainsi que les troubles sociaux.

Réel et idéal, profane et sacré, mouvement et quiétude, espace et surface, ligne et couleur se réconcilient enfin dans une harmonie parfaite.

En savoir plus

Sources : Italie .com

Page précédente.../ Haut de page...

Venez nous retrouver sur le forum, fraîchement ouvert à vos partages d'expérience. A bientôt :*)

Plus >

Italie.com, guide voyage gratuit pour connaître l'Italie de A à Z