En 1946, un référendum institutionnel met fin à la monarchie et porte sur les fonts baptismaux la jeune République italienne, laquelle s'appuie sur une nouvelle constitution qui entre en vigueur le 1er janvier 1948.


République italienne

En 1946, un référendum institutionnel met fin à la monarchie et porte sur les fonts baptismaux la jeune République italienne, laquelle s'appuie sur une nouvelle constitution qui entre en vigueur le 1er janvier 1948.

En 1949 l'Italie adhére à l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (Otan) et se fait admettre en 1955 aux Nations-unies. L'année 1957 voit la signature du traité de Rome qui marque la naissance de la Communauté économique européenne (CEE), premier pas vers l'Union européenne d'aujourd'hui.

Dans les années 70, l'Italie traverse une profonde crise politique, avec en particulier l'émergence de mouvements révolutionnaires d'extrème-gauche pratiquant la lutte armée.

Ce "malaise" politique atteint son paroxysme en 1978 avec l'enlèvement puis l'assassinat du chef du parti démocrate-chrétien Aldo Moro par les Brigades rouges, évènement qui trouve en partie son origine dans la "stratégie de la tension" adoptée par les services secrets italiens afin d'empêcher l'arrivée au pouvoir du Parti communiste. Ainsi, les attentats organisés par le Réseau Gladio frappent la population civile et provoquent la mort de plusieurs dizaines de personnes, le tout dans un climat détestable de collusion et de suspicion (affaire de la loge P2 qui éclaboussera plus tard jusqu'au Cavaliere, Silvio Berlusconi).

A partir de 1979, le mouvement révolutionnaire italien est écrasé par la répression. Plusieurs milliers de militants d'extrême-gauche sont incarcérés, plusieurs centaines s'exilent à l'étranger pour se faire oublier.

L'État italien reste profondément marqué par l'influence de la Mafia et de ses dérivés (Camorra...) au sein des classes dirigeantes, tant au niveau des partis politiques que du milieu des affaires. Dans les années 90, le gouvernement italien a enfin reconnu l'existence du réseau Gladio au sein de ses services secrets.

En 1999, l'Italie participa à la création de l'euro. De 2001 à 2006, le gouvernement italien est dirigé par Silvio Berlusconi, magnat des media, arrivé au pouvoir à la tête d'une coalition rassemblant Forza Italia (parti populiste) et l'extrême-droite.

En avril 2006, après des élections extrèmement serrées et des débats parfois rocambolesques entre Silvio Berlusconi et Romano Prodi (leader de l'Unione, la coalition de centre-gauche), c'est finalement Prodi qui l'emporte de justesse, devenant l'actuel président du Conseil.

En savoir plus

Sources : Italie .com

Page précédente.../ Haut de page...

Venez nous retrouver sur le forum, fraîchement ouvert à vos partages d'expérience. A bientôt :*)

Plus >

Italie.com, guide voyage gratuit pour connaître l'Italie de A à Z